mercredi 28 novembre 2018

Cold skin


Titre : Cold skin
Réalisateur : Xavier Gens
Acteurs : David Oakes, Ray Stevenson, Aura Garrido
Date de sortie en France : 
Genre : fantastique

Synopsis : 
Dans les années vingt, un officier météorologique de l'armée est envoyé sur une île en Antarctique pour étudier les climats. Celui-ci y fait la rencontre d'un vieux gardien de phare russe. Lors de la première nuit, l'officier se fait attaquer par d'étranges créatures...

Avis :
Finalement, tout arrive : avec Cold skin, j'ai enfin aimé un film de Xavier Gens ! Je n'en avais certes pas vu énormément, mais après le massacre Hitman, le grotesque Frontière(s) et l'insipide The Divide, je n'avais pas franchement envie de creuser davantage dans la filmographie du réalisateur français. J'ai bien fait d'insister un peu, car Cold skin s'est révélé être un excellent film.


Dès les premières secondes, on est happés par une histoire sur laquelle plane l'ombre de Lovecraft : l'Antarctique et ses secrets, le début du vingtième siècle, et cette sensation de solitude et de lieu propice à la folie, c'est à peine si l'on serait surpris d'apercevoir le mirage d'une cité cyclopéenne perdue derrière d'immenses montagnes noires. La suite le confirme d'ailleurs : si le film n'adapte pas directement l'auteur de Providence mais l'espagnol Albert Sanchez Pinol, l'influence de l'auteur de L'Appel de Cthulhu est évidente. A ceci près qu'ici, on entrera très rapidement dans le vif du sujet : les créatures humanoïdes attaquent le héros dès la première nuit, et le métrage, étrangement très rythmé, va être ponctué de nombreuses séquences d'action.

Si je dis que le film est étrangement très rythmé, c'est parce qu'on a le sentiment qu'il n'y a aucun temps mort, alors que le film ménage quelques séquences plus calmes, plus douces (jusqu'à faire de l'oeil au Leviathan de Zviaguintsev), parvenant à faire naître étrangeté et fascination là où Del Toro, pour un sujet vaguement similaire, s'était planté avec La Forme de l'eau. Doux et musclé à la fois, en somme, et magnifié par des paysages sublimes, un jeu sur les lumières superbe (les scènes d'attaques nocturnes sont des moments incroyablement forts) et un duo d'acteurs tout simplement parfait.

On se demande vraiment pourquoi le film n'a, pour le moment, pas eu le droit à une véritable sortie en France : Cold skin est de loin le meilleur film de son réalisateur, que je ne connaissais pas aussi doué. J'ai presque hâte de voir ses autres films maintenant..

Note : 8/10


dimanche 25 novembre 2018

Climax


 Titre : Climax
Réalisateur : Gaspar Noé
Acteurs : Sofia Boutella, Romain Guillermic, Souheila Yacoub
Date de sortie en France : 19 septembre 2018
Genre : thriller

Synopsis : 
 Naître et mourir sont des expériences extraordinaires. Vivre est un plaisir fugitif.

Avis :
S'il y a bien une chose que l'on peut reconnaître à Gaspar Noé, c'est de laisser rarement indifférent. Provocateur puéril pour certains, génie subversif pour d'autres, il continue à développer ses thèmes de prédilection avec Climax, comme toujours précédé d'une réputation double, entre rejet et fascination, parfois chez le même spectateur.


Avec Climax, le réalisateur nous offre un pot pourri, un oeuvre somme des expérimentations que l'on avait pu découvrir dans ses films précédents. Et s'il convoque toujours des réalisateurs tels que Argento, Buñuel, Pasolini (cités directement dans le film), c'est cette fois à sa propre filmographique que l'on pense : de Seul contre tous à Love, en passant par Irréversible et Enter the void, on retrouve tous ses éléments de langage cinématographique, avec ces longs plans séquences qui volent d'un personnage à un autre, avec cette caméra qui tournoie parfois plus que de raison, avec ce jeu constant sur les angles et les couleurs, avec enfin ce sentiment de malaise physique qui finit par nous atteindre.

Noé nous plonge ainsi au plus près de ses personnages, de l'euphorie essoufflante d'une exceptionnel scène de danse à l'impression que nous avons nous-même ingéré la drogue qui va faire de cette simple fête un cauchemar. Et tant pis si la démonstration est parfois un peu forcée, si certains acteurs sont très moyens, ou même si l'on ne distingue presque rien dans une dernière partie complètement folle : Climax nous a emmenés très loin dans son bad trip, et nous propose une expérience presque sensorielle.

En ce qui me concerne, malgré ses défauts, Climax est donc une nouvelle réussite pour Noé. Le plan séquence de la chorégraphie est la scène la plus folle que j'ai vue depuis longtemps au cinéma, et j'ai adoré la façon dont le film me donnait l'impression d'être moi-même complètement déchiré. Pas certain que je le revoie un jour, l'expérience étant très particulière...

Note : 7.5/10


jeudi 22 novembre 2018

Unfriended : dark web


Titre : Unfriended : dark web
Réalisateur : Stephen Susco
Acteurs : Colin Woodell, Betty Gabriel, Rebecca Rittenhouse
Date de sortie en France : 26 décembre 2018
Genre : épouvante, thriller

Synopsis : 
 Un jeune homme trouve un ordinateur portable et, innocemment, le ramène chez lui. Dans les dossiers, il déniche d'inquiétants fichiers cachés qu'il s'empresse de montrer à ses amis sur Skype. Sans le vouloir, tous se retrouvent dans les tréfonds du Dark Web et découvrent rapidement que quelqu'un les observe et que cet inconnu est prêt à tout pour récupérer son portable et protéger ses secrets.

Avis : 
Sorti en 2015, Unfriended reste l'un des plus mauvais, sinon le plus mauvais film que j'ai eu le malheur de voir au cinéma ces dernières années. Autant dire que l'idée d'une suite me passait totalement au-dessus de la tête, même si j'imagine sans peine qu'avec un budget réduit et une certaine réussite au box-office, il était inévitable de voir débarquer un nouvel épisode. Il aura pourtant fallu 3 ans, une éternité dans le monde du found-footage et de ses cousins, pour voir arriver ce Unfriended : dark web, avec un double challenge de taille. Allait-il réussir à faire oublier le premier volet en proposant enfin un vrai film, ou allait-il parvenir à creuser encore plus loin dans les profondeurs de la médiocrité ?

A ma grande surprise, ce sera la première option. Unfriended 2 réussit à peu près partout où son aîné échouait, grâce à un scénario plus travaillé, des personnages moins agaçants, et une utilisation pertinente de son concept. Mieux encore, alors que le film privilégie cette fois l'aspect thriller plutôt que l'épouvante, il parvient à faire naître une ambiance pesante lors de certains passages. En un mot comme en cent, la différence entre Dark web et le premier volet tient à sa crédibilité.


Si les personnages ne sont pas monstrueusement profonds, malgré quelques tentatives un peu maladroites pour leur apporter un peu de consistance, ils sont assez crédibles pour qu'on les suive sans les détester. On passe en effet d'adolescents crétins à de jeunes adultes, avec des préoccupations plus tangibles (travail, famille, flemme...), même si, discussion de groupe skype oblige, les discussions sont parfois sans queue ni tête et sans intérêt pour le spectateur.

Autre point positif, la menace qui plane sur leur tête est plus tangible que l'esprit vengeur d'une ancienne camarade. Cela permet tout simplement d'y croire, d'autant que leurs réactions tout comme le développement de l'histoire sont crédibles. Le film n'hésitera pas à nous faire avaler quelques couleuvres, avec des hackers omniscients et omnipotents pas loin d'avoir des super-pouvoirs, mais globalement, rien qui nous fait sortir du film.

Enfin, la reprise de l'élément signature du film, le fait de tout voir par l'intermédiaire de l'écran du personnage principal, est bien mieux géré. Le personnage sait utiliser son ordinateur, tout comme ses camarades, ce qui permettra de nous faire découvrir le dark web... et ses trésors parfois bien glauques. On découvrira ainsi un portail menant vers des vidéos morbides (un peu l'équivalent à mes yeux de ce que proposait, de façon physique, Sinister). Même la superposition des différentes fenêtres de navigation, des différentes vidéos, est mieux gérée, et on se surprend par moments à guetter le moindre indice pouvant constituer une menace pour les personnages.

Ajoutez à cela de vrais acteurs, et vous obtenez une suite infiniment supérieure à son modèle. Car s'il n'est pas parfait, Unfriended : dark web parvient à utiliser à merveille son concept pour nous donner un honnête thriller horrifique, crédible et prenant. Je dois bien avouer que je ne m'attendais pas à autant l'apprécier...

Note : 7/10